Brève histoire sur le Hadj (Pèlerinage) et ses origines

Un hadj se rendant à la kaabaLe hadj signifie littéralement « partir pour un lieu ». Cependant, chaque année des millions de musulmans se rendent à La Mecque avec l’intention d’accomplir certains rites religieux conformément à la méthode prescrite par le Saint prophète Mohammed.

Le Hadj et ses rites ont d’abord été ordonnés par Allah à l’époque du Prophète Ibrahim [Abraham] et c’est aussi à lui qu’Allah confia l’importante tâche de construire la Sainte Kaaba la Maison d’Allah – avec son fils Ismail [Ismaël]. Allah a décrit la Kaaba et son bâtiment comme suit :

« Et quand Nous indiquâmes pour Abraham le lieu de la Maison (La Ka˒ba) [en lui disant]: «Ne M’associe rien; et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s’y tiennent debout et pour ceux qui s’y inclinent et se prosternent» »
[Sourate Al-Hadj 22:26]

Suite à la construction de la Kaaba, le Prophète Ibrahim se rendait chaque année à La Mecque pour accomplir le Hadj, et après sa mort, cette pratique fut poursuivie par son fils. Toutefois, petit à petit le but, la forme et les rites du Hadj furent modifiés par les gens. L’idolâtrie s’étant répandue dans toute l’Arabie, la Sainte Kaaba a perdu sa pureté et des idoles furent placées dans son enceinte et à l’intérieur de celle-ci. Ses murs étaient couverts de poèmes et de peintures, dont une de Jésus et de sa mère Maryam (Marie). La Sainte Kaaba comptait plus de 360 idoles dans son enceinte.

Durant la période Hadj, l’atmosphère autour de l’enceinte sacrée de la Kaaba ressemblait à un cirque. Les hommes et les femmes tournaient autour de la Kaaba nus, argüant qu’ils devaient se présenter devant Allah dans le même état que lorsqu’ils étaient nés. Leur prière était devenue dénuée de tout souvenir et rappel sincère de leur Seigneur Tout-Puissant.

Des sacrifices étaient faits au nom de Dieu. Toutefois, les gens dans leur ignorance, croyant qu’Allah demandait la chair et le sang des animaux sacrifiés, versaient sur les murs de la Sainte Kaaba le sang des animaux sacrifiés, alors que la chair, elle, était pendue sur divers piliers autour de la Kaaba.

De nombreux vices comme chanter, boire, commettre l’adultère et d’autres actes d’immoralité étaient monnaie courante parmi les pèlerins. De plus, les concours de poésie étaient parmi les évènements majeurs du pèlerinage. Durant ces compétitions les poètes louaient la bravoure et la splendeur de leur tribu et exagéraient les histoires de la lâcheté et d’avarice des autres tribus.

Comme nous le constatons, les gens avaient totalement abandonné les enseignements de leur ancêtre et chef, Ibrahim. La Maison Sacrée qu’il avait construite et purifiée pour l’adoration d’Allah seul était complètement profanée par les païens et ces derniers avaient complètement déformé les rites qu’il avait mis en place. Ce triste état de choses a continué pendant près de deux mille cinq cents ans. Suivant cette longue et tragique période, la supplication du Prophète Ibrahim fut répondue :

«Notre Seigneur! Envoie l’un des leurs comme messager parmi eux, pour leur réciter Tes versets, leur enseigner le Livre et la Sagesse, et les purifier. Car c’est Toi certes le Puissant, le Sage!». [Sourate Al-Baqarah 2:129]